La gamme mineure mélodique : 2 – les accords et leurs couleurs

La gamme mineure mélodique : 2 – les accords et leurs couleurs

La gamme mineure mélodique a été décrite dans la première partie. Nous allons maintenant voir les accords qui constituent cette gamme, et nous allons voir que cette gamme est très colorée.

Rappels

La gamme mineure mélodique peut être vue comme une gamme majeure, avec une tierce mineure.

Par exemple, la gamme mineure mélodique de C peut s’écrire comme la gamme majeure de C, avec une tierce mineure.

La gamme majeure de C est : C, D, E, F, G, A et B. En abaissant la tierce, E, d’un demi-ton, nous obtenons les notes suivantes :

Les accords de la gamme mineure mélodique

Toujours en se basant sur le cycle des tierces, nous allons construire chacun des accords de la gamme mineure mélodique.

Premier accord

En partant de C, le cycle des tierces, en gamme mineure mélodique, est :

Le chiffrage est le suivant : C-M7(9, 11, 13). C’est un accord bien particulier, car il est mineur par sa tierce, mais majeur par sa septième. Quand vous entendez parler d’un accord majeur et mineur en même temps, c’est généralement de celui-là dont il est question.

Ces 2 couleurs, majeure et mineure à la fois, apportent une forte tension dans cet accord.

Deuxième accord

En commençant de D, les notes sont :

Cycle des tierces dans la gamme mineure mélodique de C en partant de la seconde

Les couleurs sont :

  • F : la tierce mineure
  • C la septième mineure
  • E♭ : la seconde mineure
  • G : la quarte juste
  • B : la treizième juste

Tel quel, cet accord se note : D-7(♭9, 11, 13).

La présence de la ♭9 sur un accord mineur ne sonne pas très bien. Cet accord est alors transformé en accord suspendu : D7sus♭9. Les notes d’extension sont alors :

  • F : la neuvième augmentée
  • G : la onzième juste
  • B : la treizième majeure

Troisième accord

En partant de E♭, les notes sont :

Cycle des tierces de la gamme de C mineur mélodique partant de Eb

L’accord est donc un E♭, avec :

  • tierce majeure
  • quinte augmentée
  • septième majeure
  • neuvième juste
  • onzième augmentée
  • treizième majeure

L’accord est alors noté E♭M7+5(9, #11, 13).

Un accord M7 avec une onzième augmentée sonnera lydien, c’est sûr. Avec la quinte augmentée, la tension sera encore plus forte.

Quatrième accord

Partant du F, nous obtenons :

Cet accord possède :

  • une tierce majeure
  • une quinte juste
  • une septième mineure
  • une neuvième juste
  • une onzième augmentée
  • une treizième juste

Sa notation est donc F7 (9, #11, 13).

Cet accord possède une onzième augmentée, caractéristique de la couleur lydienne. Mais contrairement à l’accord précédent, cette couleur s’applique sur un accord de dominante.

Le mode associé à cet accord est le mode de Bartok, parfait sur les accords de dominante non fonctionnel, c’est-à-dire un accord qui dure. Ce type d’accord n’a pas fonction tonale, et n’est pas suivi d’un accord situé sur sa quarte (quinte descendante).

Cinquième accord

L’accord V, basé sur le G, possède les notes :

Les couleurs sont :

  • la tierce majeure
  • la quinte juste
  • la septième mineure
  • la neuvième juste
  • la onzième juste
  • la treizième mineure

C’est un accord noté G7(9, 11, ♭13). C’est un accord mixolydien (accord de dominante), avec une coloration mineure par la treizième.

Sixième accord

Le cycle des tierces en gamme mineure mélodique de C, en partant du A, donne les notes suivantes :

L’accord est mineur par sa tierce et sa septième. La quinte diminuée augmente encore ce côté. Les notes d’extension restent standards, sans couleur particulière. C’est un accord demi-diminué, noté A.

Septième accord

Le dernier accord, surement le plus intéressant, est fait des notes :

Les couleurs sont ici au rendez-vous partout :

  • D : la tierce mineure, mais nous allons voir que ce n’est pas si simple
  • F : la quinte diminuée
  • A : la septième mineure
  • C : la neuvième mineure
  • E♭ : la onzième mineure ? non ça n’existe pas, il faut la voir autrement
  • G : la treizième mineure

Nous voyons qu’il y a 1 problème : nous avons la tierce mineure et la tierce majeure dans le même accord. Dans ces cas-là, c’est la tierce majeure qui l’emporte, et la tierce mineure se transforme en seconde/neuvième augmentée.

Les couleurs sont donc :

  • E♭/D# : la tierce majeure
  • F : la quinte diminuée
  • A : la septième mineure
  • C : la neuvième mineure
  • D : la neuvième augmentée
  • G : la treizième mineure

L’accord se note alors : B7+5(♭9, #9, ♭13). Cet accord majeur, de dominante, possède toutes ses autres notes altérées :

  • la quinte est diminuée et augmentée (la treizième mineure)
  • la neuvième est mineure et augmentée

Cet accord est un accord altéré par essence, et le mode qui le sous-tend aura des utilisations extraordinaires.

Pour aller plus loin

La gamme : c’est vu
Les accords : c’est fait maintenant

Reste à voir les modes de cette gamme. Explorons leurs couleurs et leurs utilisations dans la partie suivante.

Articles liés

Le mode ionien : le premier mode de la gamme majeure

Le mode ionien : le premier mode de la gamme majeure

L’improvisation : accentuation pour donner du relief à votre récit

L’improvisation : accentuation pour donner du relief à votre récit

Bonne année 2024

Bonne année 2024

Le cycle des quintes : le couteau suisse du musicien

Le cycle des quintes : le couteau suisse du musicien

No Comment

Laisser un commentaire