AC/DC : le style et le son rock mythique 1/2

AC/DC : le style et le son rock mythique 1/2

Pas d’alternatives, du rock en continu depuis le début, voilà AC/DC et son style reconnaissable parmi tous.

Voyons ce qui fait que ce groupe, cette légende, a marqué l’histoire du rock, quelles sont les recettes de bases de cette musique énergique, puissante et identifiable en quelques secondes.

Quelques exemples

Avant d’analyser la musique, commençons par une première écoute, pour se mettre tout de suite dans le bain et l’ambiance.

Voilà pour une première approche. C’est clair ? Vous entendez le son AC/DC ?

Premières remarques

Efficacité : c’est le premier mot d’ordre qu’on va souvent répéter en parlant d’AC/DC.

Simplicité : mot d’ordre 2 qui sera utilisé en parlant d’AC/DC.

Ensemble, efficacité et simplicité font que les morceaux d’AC/DC se reconnaissent bien. Mais cette simplicité n’est qu’apparente car pour l’obtenir, il faut être très précis, et pour ça, il faut du travail. Mais on en reparle plus tard.

Les musiciens

Avant d’attaquer le son, voyons comment est constituée la formation. Si ce groupe a duré aussi longtemps, c’est que la formation était solide, simple aussi, mais solide.

Au centre, nous avons les frères Young : Angus et Malcom. Ils ont traversé toutes les périodes et sont le ciment du groupe.

La formation est constituée de manière plutôt standard :

  • un chanteur
  • une guitare rythmique
  • une guitare lead
  • une basse
  • un batteur

Une formation rock comme il faut pour faire du rock, pas de synthé ni d’effet compliqué : simple et efficace.

Le son et le rythme AC/DC

Pour le son en lui-même, on va séparer la partie rythmique de la partie solos” (décrite dans la partie 2) pour voir à quel point la simplicité et l’efficacité sont toujours présentes.

Dans cette section, on regroupe tous les instruments qui forment la base principale de la rythmique de la plupart des groupes, à savoir la batterie, la basse et la guitare rythmique.

La batterie

J’ai tendance, lorsque je parle à mes élèves de rythmes simples, à parler de la batterie d’AC/DC comme une batterie “dinosaurienne”. Je veux dire par là que la batterie marque bien les temps, sans fioriture, sans break ni solos prononcés.

Bref, la batterie est un vrai métronome avec grosse caisse sur les temps forts (temps impairs) et la caisse claire sur les temps faibles (temps pairs). C’est le rythme qu’on apprend quand on commence la batterie.

Je ne dis pas que la batterie AC/DC est simple et à la portée de tout le monde, car il faut là aussi être précis, et ça demande du travail.

La basse

Toujours aussi simple et efficace, la basse joue souvent les fondamentales (la plupart du temps) et en croches. Ca donne du rythme et ça marque bien les temps aussi. Et 4 cordes, à la basse, pas la peine d’en rajouter.

La guitare

Pour faire simple et efficace, c’est Gibson et Marshall. La Gibson SG pour le son rond et accrocheur, et Marshall JTM 45, SPL 1959 pour faire rugir la guitare au milieu de tous les instruments.

Idem, pour faire simple et efficace, on va éviter les accords compliqués, les rythmiques spéciales.

Les accords

Power chords : quoi de plus simple et efficace qu’un power chord ? Un accord de 2 notes (c’est plus un intervalle qu’un accord en fait).

La guitare permet de faire des accords simples, surtout en power chords en jouant avec les cordes à vides.

Ces accords sont :

  • le E
  • le A
  • le D

Vous avez compris, ils vont faire partie du jeu d’AC/DC.

On leur ajoute les accords des grilles rock correspondantes à ces 3 accords et vous avez les accords d’AC/DC.

  • E, A, B
  • A, D, E
  • C, G, A

Voyons quelques positions pour s’en convaincre :

Le rythme

Quand on joue de la musique, il est possible de faire sonner des notes, ou du silence. C’est exactement ce qui est fait : on joue avec le son et les silences. On alterne entre gros son sur les accords, et du relâchement avant de recommencer.

Cette alternance donne une énergie et du poids aux rythmiques.

L’exemple parfait est “Highway to hell”. Sur le couplet, seules 3 croches sont jouées et le reste est du silence :

Pour une écoute, c’est par ici.

On voit bien les espaces, les silences, entre les accords, ce qui donne du rythme au morceau qui, du coup, n’a même pas besoin d’être rapide pour avoir de la vie.

Un autre exemple ? Prenez “Back in Black” :

Et l’écoute est là.

Des power chords, des accords placés et qui se détachent bien grâce aux silences, voilà la bonne base pour des rythmiques puissantes et efficaces.

Conclusion de la partie I

Voilà pour la partie rythmique de ce groupe de légende. Les maîtres mots sont SIMPLICITE et et EFFICACITE.

Dans la batterie, la basse ou la guitare, la simplicité permet d’être rejoué facilement par d’autres groupes, plus ou moins avancé. Et tout ça donne de la pêche et de l’énergie. A méditer

Pour aller plus loin

Ceci est la partie rythmique. La partie solos répond de la même manière avec simplicité et efficacité.

La partie II se concentrera sur les solos, les gammes utilisées, les plans efficaces et qui reviennent pour voir comment sonner sur ce genre musical.

Articles liés

Peter Gunn Theme

Peter Gunn Theme

Talkin’ about a revolution

Talkin’ about a revolution

Le rock

Le rock

Hey Joe : pour débuter

Hey Joe : pour débuter

Aucun Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.