Caractéristiques des modes et comment les faire sonner

Caractéristiques des modes et comment les faire sonner

Suite de notre série sur les modes. La première partie est sur la définition de ce qu’est un mode et surtout de ce que ce n’est pas.

Dans cette partie, on va les lister et voire comment ils caractérisent pour mieux les différentier et les faire sonner.

Caractéristique d’un mode

Si les notes d’une gamme correspondent à plusieurs modes, alors comment différencier ces modes ?

Par leur notes caractéristiques. Chaque mode est différent car le lien entre les notes du mode et l’accord ne sont pas les mêmes.

Ces notes caractéristiques sont aussi celles qui peuvent, dans un contexte tonal, être à éviter.

Notes à éviter / notes caractéristiques

Dans une gammes, composée à majorité de tons entiers, les demis tons sont ce qui fait la différence. La position qu’ils occupent est différentes pour chaque mode, c’est donc ce qui va différentier nos modes.

Par exemple, en C majeur, les demi-tons sont entre E et F, et entre B et C. Les notes F et B sont les notes caractéristiques de la gamme majeure de C. Le premier mode de la gamme majeure est caractérisé par un demi-ton entre la tierce et la quarte d’une part, et entre la septième majeure et la tonique d’autre part : c’est le seul mode ayant les demi-tons placés à ces endroits.

Ces notes qui sont à 1 demi-ton d’une note de l’accords s’appellent « notes à éviter » dans un contexte tonal et « notes caractéristiques » dans un contexte modal.

On voit bien que F et B n’ont pas le même lien avec un accord de D- et un accord de E-, c’est ce qui fait la différence entre ces 2 modes.

Contexte tonal

Dans un tel contexte, C majeur par exemple, jouer F sonnera faux sur C parce qu’il vient accrocher la tierce majeure E, et aura besoin de redescendre sur E pour résoudre cette tension. Si vous maintenez le F, alors l’accord va devenir instable et le F aura tendance à vouloir prendre la place de la tonique C. C’est pour cela qu’il faut éviter le F sur un accord M7 dans un contexte tonal.

Sur un D-, c’est le B qui sonnera particulier. Le B est à 1 demi-ton de la septième mineure C et apporte la couleur particulière au mode.

Pour le E-, c’est le F va venir chatouiller la tonique et sera délicate à jouer. Il faudra que F redescende sur la tonique E pour résoudre et donner cette couleur caractéristique.

Pour l’accord de F, c’est le B qui va avoir de la couleur très particulière car juste dessous la quinte juste.

Pour le G, c’est le F.

Sur le A, c’est F qui va venir déstabiliser la quinte E.

Et pour le B, c’est l’accord lui-même qui est instable et qui demande à résoudre.

Dans la gamme de C, la quarte F et la septième majeure B sont les notes caractéristiques de tous les accords car elles caractérisent la gamme entière. Mais sur chaque accord, leur relation est différente :

  • quarte et septième majeure sur C
  • tierce mineure et 13° juste pour D
  • seconde mineure et quinte pour E
  • tonique et quarte augmentée sur F
  • tierce majeure et septième sur G
  • b13 et 9 sur A

Contexte modal

En revanche, ici, les accords durent plus longtemps et ne font pas partie d’un enchaînement tonal. Ces notes qui sont à éviter lorsque les accords s’enchaînent, deviennent alors les notes importantes pour donner la couleur du mode.

Ce sont ces notes qui vont fixer le rapport entre l’accord et la gamme que vous jouez, c’est-à-dire la modalité de votre gamme.

Insistez sur la note F lorsque que jouez avez un accord de E- et vous entendrez la sonorité du 3° mode de la gamme majeure, etc.

Faire sonner un mode

Maintenant que vous savez que les notes importantes sont F et B en C majeur (la quarte et la septième de la gamme de référence plus généralement), voyons comment les utiliser pour faire sonner les modes.

De quoi a-t-on besoin ?

Les ingrédients pour sonner modal sont :

  • une basse ou un accord qui dure un certain temps pour marquer la référence
  • alterner entre l’accord du mode voulu et un accord contenant la note caractéristique (souvent les accords qui précèdent et qui suivent l’accord)
  • insister sur les notes caractéristiques du mode voulu
  • éviter les cadences tonales qui vont détruire la modalité

OK, mais comment fait-on ?

On reste dans le cadre de la gamme majeure de C.

Si on veut faire sonner cette gamme dans le mode de F par exemple, il nous faut :

  • un F à la basse ou un accord de FM7 qui sonne
  • identifier la note caractéristique et insister sur elle (ici, c’est B)
  • trouver un accord qui contient la note B pour alterner avec le FM7 ( on a le CM7, le E-, le G pas le G7 qui demande une résolution sur C et pas F)

FM7 / FM7 – G / FM7 / FM7 – E-

Faites le et jouez la gamme de C majeure par dessus. Entendez la couleur que donne le B sur l’accord de F.

Dans un autre type de sonorité, jouer un E-, notre accord de référence, pour faire sonner le mode de E. La note caractéristique est F. Jouez et entendez ce son espagnol voir oriental que votre accord de E va avoir.

Conclusion

Tous les modes d’une gamme possèdent les mêmes notes. Ce qui les différencient, ce sont les positions des demi-tons dans le mode.

Pour avoir un enchaînement qui fasse sonner un mode, il faut l’accord que vous voulez faire sonner modal, et un de ses voisins direct, au minimum, pour faire sonner la note qui caractérise le mode.

Voilà une bonne partie de faite

Pour aller plus loin

Avec tout ça en tête, il est temps de passer un peu à la théorie pour pouvoir utiliser ce concept de modes de manière plus globale et selon vos envies.

C’est le sujet de la suite de cette série.

Articles liés

Les renversements pour jouer modal

Les renversements pour jouer modal

Les modes : aller encore plus loin

Les modes : aller encore plus loin

Les modes : comment s’en servir

Les modes : comment s’en servir

Les modes : un peu de théorie pour les maîtriser tous

Les modes : un peu de théorie pour les maîtriser tous

Aucun Commentaire