Majeur, mineur, juste, augmenté et diminué : qu’est-ce que c’est ?

Majeur, mineur, juste, augmenté et diminué : qu’est-ce que c’est ?

On connaît les gammes, les intervalles, les accords, les triades, les arpèges

On entend souvent les mots « Majeur », « Mineur », « Juste », « Augmenté » et « diminué » associés à ces termes. Mais à quoi ça correspond exactement ?

Les termes

La gamme majeure, qui va nous servir de support, continent 7 notes, qui forment 7 intervalles. Ces intervalles sont, à la base, majeurs et juste :

  • la seconde/neuvième, la tierce, la sixte/treizième et la septième : majeur(es)
  • la quarte et la quinte : juste

Les intervalles majeurs peuvent être :

  • baissé d’un demi-ton et deviennent mineurs
  • baissé d’un demi-ton supplémentaire et devenir diminués
  • la neuvième peut, en plus des autres, être montée d’un demi-ton pour être augmentée

Les intervalles justes peuvent être :

  • relevés d’un demi-ton pour être augmentés
  • descendus d’un demi-ton pour être diminués (sauf la quarte)

Récapitulatif

De manière synthétique, résumons tout ceci avec ce tableau :

Clairement, seules la quarte et la quinte sont justes, diminuées ou augmentées. La seconde, la tierce, la sixte et la septième, elles, sont majeures, mineures ou diminuée.

Une autre façon de voir, plus claire

Le fait que la seconde soit majeure, mineure ou augmentée n’est pas très clair. On mélange majeur/mineur et diminué.

On s’attend à ce qu’un intervalle augmenté puisse aussi être diminué. De la même manière qu’un intervalle majeur peut être mineur.

Un intervalle pouvant avoir 2 états sera alors majeur ou mineur. Un intervalles à 3 états est juste, diminué ou augmenté. Ce qui est plus simple à retenir et à comprendre.

Pour cette raison, et pour un soucis de clarté, je préfère voire les intervalles comme suit :

La différence avec le tableau précédent c’est que la seconde passe du côté des intervalles majeurs au côté des intervalles justes.

On y voit alors que les intervalles justes, la seconde, la quarte et la quinte accepte 2 autres états : augmentées ou diminuée (sauf la quarte). Les intervalles majeurs sont maintenant simplement mineurs (sauf la septième qui peut être diminuée). Ceci règle le problème de la seconde qui, dans notre nomenclature actuelle, majeure, mineure ou augmentée.

Pourquoi voir les choses de cette façon ?

Parce que la seconde, appelée neuvième, est souvent dans les accords altérés soit augmentée soit diminuée (qui a entendu parlé d’un accord de C7 seconde mineure ?).

Au final, ce qui donne les possibilités suivantes :

  • C : tonique
  • Db, D, D# : seconde diminuée, juste et augmentée
  • Eb, E :tierce mineure et majeure
  • F, F# : quarte juste et augmentée
  • Gb, G, G# : la quinte diminuée, juste et augmentée
  • Ab, A : la sixte mineure et majeure
  • Bb, B : la septième mineure et majeure

Encore plus simple ?

Nous avons simplifié les choses puisque la seconde est maintenant juste, diminuée ou augmentée, comme tous les intervalles à 3 états. Mais il reste le problème de la quarte qui est juste et qui ne peut qu’être augmentée. Si on la diminue, elle devient tierce majeure et n’est plus une quarte..

Il est possible de régler ce dernier point en se plaçant, non pas dans le référentiel de la gamme majeure en partant de la tonique mais en prenant le mode lydien. Ce mode est celui de la quarte justement, et il possède une quarte augmentée. En C cela donne :

C D E F# G A B

Pourquoi cela simplifie-t-il encore les choses ? Parce que dans ce cas, la quarte ne peut avoir que 2 états : elle est donc soit majeure soit mineure et tout devient plus simple :

  • les intervalles à 2 états majeur/mineur sont alors : la tierce, la quarte, la sixte et la septième
  • les intervalles à 3 états juste/augmenté/diminué : la neuvième, la quinte (les notes altérées d’un accord altéré, comme par hasard ;-).

Ceci n’est qu’une réflexion personnelle qui peut, éventuellement, apporter une réflexion sur la simplification de la notation musicale et faciliter l’apprentissage du solfège et des bases théoriques. D’autres simplifications se produisent au niveau du classement des modes par altérations mais sortent du sujet, ça sera pour plus tard.

Pour aller plus loin

Ayant vu les intervalles, le point présent sur le nommage, faites donc un tour du côté du chiffrage des accords principaux pour voir les accords les plus utilisés et comment ils sont nommés.

Familiarisez vous aussi avec les accords majeurs et accords mineurs de base pour pouvoir commencer à jouer des morceaux simples.

N’hésitez pas à me dire en commentaires si cette façon de voir vous parait plus claire à vous aussi,e t ce que vous en pensez 😉

Abonnez-vous à la newsletter pour rester informé(e) des prochaines publications.

Articles liés

L’octave

L’octave

Unisson

Unisson

Les intervalles

Les intervalles

Aucun Commentaire