Les renversements et les dominantes secondaires

Les renversements et les dominantes secondaires

Notre série sur les renversements nous a fait parcourir la définition des renversements, quelques exemples de changement de ligne de basse, puis des accords sur basse étrangère. Voyons maintenant comment comment faire des lignes de basse chromatique et apporter de la couleurs dans notre jeu.

Premier rappel : les dominantes secondaires

Il a été précisé dans le cycle des quintes que les basses descendent de quinte en quinte naturellement. Il existe donc un mouvement naturel d’un accord de dominante vers l’accord une quinte plus bas (voir la cadence V-I et II-V-I). Par exemple, de G vers C.

Ceci implique que tout accord peut être approché par son accord de dominante une quinte plus haut. Par exemple, un accord de C peut être précédé d’un accord de G7. Que le C soit majeur ou mineur importe peu. C’est la descente de quinte qui l’est.

Comment utiliser ces dominantes secondaires

Si un accord s’approche très bien par l’accord basé sur sa quinte, la basse peut faire de même. Avec toutes les notes de l’accord, comme vu dans les renversements. Toujours avec notre séquence G7-C, les notes de G7 peuvent être une basse qui tombe sur une note de C.

G7 c’est G B D et F.
C c’est C E et G.

Du coup, à la basse, la tierce de G, B, peut arriver sur C. Le F de G, la septième mineure, se résout sur la tierce de C, le E.

Les dominantes secondaires pour 2 accords qui se suivent

Quand 2 accords se suivent comme G et A, il est possible d’avoir une basse qui avance chromatiquement de G vers A. Cette basse est alors G#.

L’accord de A a pour quinte E. Et E majeur a comme tierce majeure G#. E sera donc un candidat parfait pour notre basse : G -> E7 -> G, qui donne pour la partie basse G -> G# -> A

Et tout reste reste vrai et donne encore plus de couleur si l’accord final est mineur :

G -> E7 -> A-, avec la même ligne de basse G -> G# -> A

Comme la ligne de basse est chromatique, ce principe marche dans les 2 sens : G->A et A->G.

Donc, si vous avez 2 accords qui suivent, majeurs ou mineurs, pour ajouter de la couleur, intercaller l’accord de dominante secondaire de l’accord le plus haut et vous aurez ainsi une basse chromatique et un accord qui sort de la tonalité mais qui apporte son effet.

Pour aller plus loin

Le voyage continue avec un contexte différent. Nous étions dans un contexte tonal, avec des accords qui s’enchaînent. Chaque accord a un rôle qui le lie au précédent et au suivant.

Nous allons maintenant passer dans un contexte modal, ou les accords changent peu et où chaque accord peut avoir sa propre couleur.

Articles liés

Les renversements d’accords : partie I

Les renversements d’accords : partie I

Aucun Commentaire