Improvisation : connaître les accords

Improvisation : connaître les accords

Bienvenue dans cette 3ème partie dédiée à l’improvisation.

Après avoir discuté de ce qu’est une improvisation, de l’importance de connaître la grille du morceau, voyons maintenant pourquoi il faut connaître les accords, et principalement ceux de la grille. Les accords peuvent être majeurs, mineurs ou suspendus, de dominante ou altérés etc.

Constitution des accords

Chaque type d’accord, quelque soit la gamme dans laquelle il se trouve :

  • est constitué de notes de base
  • peut être étendus avec des notes d’extension
  • a des chromatismes

Connaître ces éléments va vous permettre de jouer ce que vous voulez entendre, ce que vous voulez jouer et pas juste des notes de la gammes.

Les notes de base

Pour l’improvisation, connaître les notes de bases de chaque accords est primordiale puisque ces notes seront toujours justes !!! (voyer les triades pour les visualiser sur le manche).

Ces notes sont : la tonique, la tierce (majeure ou mineure) et la quinte (juste ou diminuée). A ces 3 notes de base peut s’ajouter la septième (majeure ou mineure).

Ces notes seront celles que vous utiliserez de préférence pour faire sonner votre improvisation, pour bâtir le squelette de votre solo.

Les notes d’extension

Après les notes de base (la triade ou l’arpège), les prochaines notes qui peuvent bien passer si elles sont bien choisies sont les notes d’extensions : la 9°, la 11° et la treizième°

Chaque type d’accord possède ses notes d’extensions naturelles :

  • l’accord M7 : 9, #11 et 13
  • l’accord 7 : quasiment toutes
  • l’accord -7 : 9, 11 et 13

Ces notes donnent de la couleur à votre accord. Et tout comme en peinture, trop de couleurs et le résultat devient fade : à utiliser selon vos goûts. Il va falloir doser leur utilisation pour que vos couleurs gardent leurs saveurs.

Les notes d’extensions sont en générale les notes de l’accord qui suit l’accord en question.

Par exemple, pour D-7, dont les notes sont D, F, A et C, les notes d’extension sont celles de E-7 soit E, G, B et D :

  • E la 9° de D
  • G la 11° de D
  • B la 13° de D

Une fois bien compris ce point, lorsque vous êtes sur l’arpège ou la triade de l’accord et que vous voulez donner un peu de couleur, il vous suffit alors de jouer la triade/l’arpège de l’accord 1 ton au-dessus : D-7 pour la base et E-7 pour les couleurs.

Les chromatismes

Ces notes sont les notes les plus “épicées” possibles. Il faut les utiliser comme notes de passage. Les chromatismes sont des notes de liaison entre 2 notes.

Par exemple, sur un accord de A-7 (notes de base A C E G), vous pouvez passer de la note D (la quarte/onzième) à E (la quinte) en passant pas D# pour faire la liaison. Cette note D# va piquer un peu mais va se résoudre facilement sur la quinte E. L’important c’est que la note d’arrivée, celle qui est sur un temps fort, soit une note de base pour bien montrer qu’on joue l’harmonie en place.

Les chromatisme n’étant ni une note de base (4 notes), ni une note d’extension (3 notes), ils sont au nombre de 7 ( 12 notes au total – 4 notes de base – 3 notes d’extension => 5).
Ces 5 notes forment une gamme pentatonique ( celle de F# majeur qui est la même que celle de D#/Eb)

Conclusion de cette partie

Connaître les accords est fondamental pour choisir les notes que vous allez utiliser dans votre improvisation.

Première conclusion

Connaître les accord apporte une meilleur vision, une meilleure connaissance des notes qui sont jouées par la rythmique, l’harmonie : ces notes forment alors les briques de l’improvisation.

Deuxième conclusion

Si les notes doivent être choisie en fonction de l’accord, il faudra donc changer le set de notes que vous jouez à chaque accord. Ceci veut surtout dire que plutôt que raisonner en gamme (ensemble de 7 notes), il vaut mieux raisonner en terme d’accord (triades et/ou arpèges) avec notes de base, d’extension et chromatisme. Vous maîtriserez ainsi le résultat de votre improvisation en sachant mieux les couleurs que vous donnerez à votre jeu.

Troisième conclusion

Le travail des triades et des arpèges prend tout son sens en terme de musicalité et a toute sa place dans l’improvisation. Pour la musicalité, privilégiez la connaissance des triades et des arpèges. Cette connaissance vous vous permettra de mieux avoir dans l’oreille le son des accords et de mieux les faire sonner.

La suite

Avec la connaissance des accords, il reste à voir comment ils se comportent en fonction de la gamme. C’est le programme de la prochaine partie 😉

Articles liés

Improvisation : les relations gammes-accords

Improvisation : les relations gammes-accords

Improvisation : connaître la grille

Improvisation : connaître la grille

Impro : que veut dire improviser

Impro : que veut dire improviser

L’arpège demi-diminué en 2 notes par cordes

L’arpège demi-diminué en 2 notes par cordes

Aucun Commentaire