Comment travailler sa technique à la guitare

Comment travailler sa technique à la guitare

On s’est tous vu, un jour ou l’autre, jouant ce fabuleux solo de notre groupe/artiste préféré (moi c’était “crushing day” et “back to shalla bal” de Joe Satriani).

Et en prenant la guitare, il faut bien dire que la réalité a repris le dessus, et on se dit : “bon, ben va falloir bosser maintenant !”

Nous allons voir ici quelques points importants quand on décide de travailler sa technique.

Pourquoi travailler sa technique ?

Il est nécessaire d’avoir un certain niveau technique pour pouvoir jouer des passages compliqués ou rapides. Travailler sa technique est alors nécessaire pour atteindre un niveau minimum et se faire plaisir en jouant, et ne pas être limité.

Mais travailler sa technique pour la technique ne doit pas être un but en soi : la technique doit être au service de la musicalité et de ce qu’on veut faire passer comme émotion à ce moment là. Un solo n’est pas bon parce qu’il est rapide mais parce qu’il faire ressentir quelque chose, parce qu’il stimule une partie de vous même.

Problèmes à travailler à sa technique seul

Faire de la musique est une activité à plusieurs, une activité qui se partage, à faire pour soi ou pour d’autres. Et en auditeur, ce qu’on veut entendre, ce ne sont pas des gammes montées et descendues à toutes berzingues, mais de la musique, de la complicité entre les musiciens, de l’interaction, bref, de la vie dans la musique.

Il est cependant nécessaire de travailler seul (ou avec un professeur) pour acquérir les bases car il est difficile d’imaginer apprendre ses gammes en répétition avec son groupe, ce n’es pas fait pour ça.

Manque de contexte

Le premier problème quand on travail seul, sans rythme ou accompagnement, c’est qu’on ne travail que la technique. Cette étape est nécessaire et importante pour se mettre le plan dans les doigts, mais c’est tout. Pour entendre ce que donnera une gamme, un plan, un arpège ou autre chose, il faut une référence (une basse par exemple ), une harmonie (une grille rythmique), quelque chose qui permette de donner un contexte et donc une couleur à votre travail.

Si vous travaillez sur un morceau existant, il faut à un moment se confronter au morceau lui-même :

  • avec l’accompagnement
  • à la bonne vitesse

Manque de motivation

Il est parfois compliqué de travailler seul.

Jouer par dessus un morceau est motivant parce qu’on joue avec le morceau, avec les contraintes du jeu en groupe (rythmique calée, enchaînements bien en place…). On est dans un contexte et pas tout seul pour travailler.

L’envie de jouer fait bien plus progresser que travailler seul, et aide aussi dans le jeu en groupe, qu’il faut apprendre : ce n’est pas parce qu’on sait jouer un morceau tout seul qu’on saura le jouer avec d’autres personnes.

Avantages à travailler sa technique

Il est nécessaire de se forger une technique pour se libérer des contraintes physiques que l’instrument impose (6 cordes, entre 3 et 4 octaves, des doigts qui s’emmêlent…

Pour débloquer un point précis

Bon, là, il n’y a pas de secret : pour passer un point difficile, il faut le travailler.

On commence lentement pour bien décortiquer les mouvements nécessaires à l’exécution du plan : il faut savoir jouer le plan lentement avant de le sortir au tempo, ne serait-ce que pour analyser les mouvements nécessaires et les points à éviter pour la bonne exécution du plan.

Parce que c’est rassurant

Quand on bloque sur un triolet à 160, et qu’à force de travail, il passe, on est plus confiant au moment de le jouer en vrai, avec son groupe, et devant un public. On sait que le plan ne pose pas de problème et le morceau sera joué impeccablement.

Comment bien travailler sa technique

Pour que le travail technique soit efficace et utile, voici quelques conseils.

Jouer avec une section rythmique ou un backing track

Pour augmenter votre motivation à travailler, mettez vous en conditions de jeu, c’est-à-dire :

  • avec un contexte rythmique
    • une boite à rythmes
    • un backing track
    • un morceau existant
  • avec une contexte harmonique
    • avec un morceau par dessus lequel jouer
    • avec une grille que vous avez enregistrée (avec un looper par exemple ou un logiciel)
    • avec un backing track

Dans ces conditions, vous ne jouez pas seul, même si vous être seul chez vous pour travailler. Vous avec un vrai contexte de et vous pouvez entendre en direct ce que ça donne

L’important dans le travail, c’est l’envie et le fait de jouer avec un environnement est nettement plus motivant que travailler seul sans rien autour.

Créer ses propres environnements

Vous souhaitez travailler l’improvisation sur les changement d’accords ? Pourquoi ne pas créer directement l’environnement ?

Avec guitar pro ou tuxlinux, vous pouvez créer rapidement la partie batterie, basse et harmonique voulue.

Enregistrez vous

Il y a souvent une différence entre ce qu’on entend quand on joue et quand on est auditeur. Pour vous rendre vraiment compte de ce que donne votre jeu : ENREGISTREZ VOUS !

S’enregistrer c’est la possibilité :

  • d’entendre ce que donne notre jeu
  • d’analyser ce qui va et ce qui ne va pas
  • de repiquer des plans qui sont venus “comme ça” et qui sonnent et de ne pas les laisser se perdre dans l’oubli
  • de marquer sa progression

Prenez le temps de vous enregistrer et de vous écouter, de vous analyser, et de mesurer vos progrès (réécoutez les premières prises après quelques mois et vous allez vous rendre compte de vos progrès c’est garanti).

Conclusion

J’espère que vous y voyez plus clair sur comment travailler votre technique et votre musicalité, et que vous avez les pistes pour progresser dans la maîtrise de ce fabuleux instrument qu’est la guitare.

Pour aller plus loin

Faites un tour du côté des arpèges et des triades pour augmenter la cohérence et la musicalité de vos improvisations et les utiliser à votre guise dans votre jeu.

Articles liés

La gamme majeure sur une corde : jouer horizontal

La gamme majeure sur une corde : jouer horizontal

Connaître les notes sur le manche : partie 2

Connaître les notes sur le manche : partie 2

Connaître les notes sur la guitare : 1ère partie

Connaître les notes sur la guitare : 1ère partie

Les “double stops”

Les “double stops”

Aucun Commentaire