Les renversements d’accords : 5 – jouer modal

Les renversements d’accords : 5 – jouer modal

Maintenant, les renversements, vous savez ce que c’est. Vous savez créer des lignes de basse plus fluides et intéressantes. Vous pouvez décomposer les accords compliqués en sortant la basse. Et vous savez même jouer des accords de dominante secondaires (en dehors de la gamme) pour apporter couleurs dans la grille et chromatismes dans la basse.

Tout cela est dans un contexte tonal, un contexte ou les accords ont une fonction, où les accords s’enchaînent naturellement. Chaque accord est lié au précédent et au suivant.

Voyons à présent le côté modal des renversements et quelles couleurs peuvent ressortir.

Rappel sur les grilles modales

Dans un contexte tonal, les accords ont une fonction et se succèdent pour faire entendre une tonalité (ou plusieurs). Dans un contexte modal, c’est la qualité de l’accord qui est importante. L’accord dure plus longtemps et laisse de l’espace à l’improvisateur d’explorer le mode associé à cet accord.

Parfois, ce n’est pas un accord, mais 2 accords qui se succèdent pour donner une cadence modale (écoutez l’incontournable « So what » de Miles DAVIS pour vous faire une idée).

Ici donc, ce qui va être important, c’est l’accord principal et les notes qui vont pouvoir être jouées dessus.

Quels renversements pour jouer modal ?

Nous partons sur des accords de 3 notes, majeur, mineur ou diminué, et nous allons leur ajouter une basse.

Pour que les comparaisons et la réutilisation soient facilitée, nous allons garder une basse de C, systématiquement, et faire varier l’accord placé au-dessus.

Accords majeurs sur basse étrangère

♭II/I : D♭/C

L’accord de D♭ contient les notes D♭, F et A♭. Les notes au final sont : C D♭ F A♭.

Une fois tout rapporté à C, le D♭est la ♭9. Le F la quarte. Enfin, A♭ est la quinte augmentée ou la sixte mineure. L’accord obtenu C+♭9 ou C(♭6 ♭9). La ♭9 va donner une forte couleur phrygienne à cet accord.

II/I : D/C

Vous avez compris comment ça marche, alors voyons directement les notes obtenues : C D F# A. Le D est la . Le F# la quarte augmentée. Enfin, le A est la sixte. Tout ceci nous donne donc un accord de CM13#11, parfait pour une sonorité lydienne.

Récapitulons tout ça dans un tableau :

Tableau des renversements et le mode associé

Comment se servir de ce tableau ?

Prenons que vous vouliez jouer un accord et improviser en lydien dessus. Vous pouvez prendre un D/C qui est parfait pour faire sonner cette caractéristique.

Si vous voulez alterner entre lydien et ionien, alors le G/C vous offre cette possibilité.

Pour aller plus loin

Encore plus loin ? C’est possible ?

Oui, avec le concept de pitch axis, où l’art de jouer les modes selon sa volonté.

Sur le même thème

La théorie : connaître au mieux la musique pour maîtriser ce qu’on fait

La théorie : connaître au mieux la musique pour maîtriser ce qu’on fait

logo Ms Tutos Guitare

Les analyses de styles

logo Ms Tutos Guitare

Improvisation : Utilisation des arpèges pour sonner

logo Ms Tutos Guitare

Échauffement à la guitare : travail à trois doigts

No Comment

Laisser un commentaire